Lecture du jour n°6 : Malika

MALIKA

La petite Malika était la voisine d’Azel. Elle avait frappé un jour à sa porte et lui avait demandé de lui montrer ses diplômes. Cette demande curieuse l’étonna, il l’invita à entrer, et lui proposa un verre de limonade. Au salon étaient accrochées au mur et encadrées ses deux attestations de fin d’études en droit et en relations internationales.
– Voilà, dit Azel, cinq ans d’études à Rabat. Cinq ans d’espoir et puis pas de chance. La fierté de ma mère et son principal souci. Mais toi, j’espère que tu vas au moins au collège, et que tu vas faire des études supérieures pour avoir un bon emploi. Que veux-tu faire plus tard ?
– Partir.
– Partir ? Mais ce n’est pas un métier.
– Une fois partie, j’aurai un métier.
– Partir où ?
– Peu importe où, en face, par exemple.
– En Espagne ?
– Oui, en Espagne, França, j’y habite déjà en rêve.
– Et tu t’y sens bien ?
– Cela dépend des nuits.
– C’est-à-dire ?
– En fait, ça dépend des nuages pour moi ce sont des tapis sur lesquels je voyage de nuit, il m’arrive de tomber et là je me réveille avec une petite bosse sur le front.
– Quelle rêveuse !
– Pas seulement. J’ai des idées, des projets, et puis tu verras, j’y arriverai.
Azel lui offrit une pomme et la raccompagna chez elle. Il était étonné et ému par l’incroyable détermination de cette gamine.

Extrait du roman :  Partir de Tahar Ben Jelloun