Lecture du jour n°1 : Le Black Dog

Le Black Dog

Le pianiste du Black Dog

possède un bras plus court,

mais celui-là mord les touches

plus vivement qu’un écureuil

en retard de pitance.

L’autre membre sert

aux accompagnements

et à la pinte de bière rousse.

 

Le pianiste de Boulay Bay

joue des improvisations

à cause de son bras,

à cause des vagues qui s’écrasent

sur la digue comme un visage

contre une porte en verre

 

Personne ne l’écoute.

Il joue pour lui et pour sa chope

en regardant la mer

par-dessus son épaule

comme pour s’excuser du dérangement.

 

Gérard Le GOUIC : Cafés et autres lieux d’amour